Gérer le bio avec les outils adaptés

Juin 13, 2021 | Expert métier, Expert numérique

Du bon, du bio !

Aujourd’hui, les consommateurs Français veulent du bio, sous toutes ses formes : viande, fruits et légumes, céréales, produits laitiers… Plus qu’une tendance, le bio est un mode de vie. Décryptage d’un marché en pleine mutation, qui a connu un coup d’accélérateur avec la crise sanitaire.

Kerhis et la croissance du bio

Une consommation dynamique

La consommation de produits biologiques en France a augmenté de 13,5% de 2018 à 2019, le marché bio approchant ainsi les 12 milliards d’euros. Le panier moyen bio par an et par habitant s’élevait à 178 euros en 2019. Le bio, un marché qui se développe sur plusieurs circuits de distribution : grande distribution, distribution spécialisée bio, artisans-commerçants, vente directe, restauration collective. Les produits transformés sont les produits qui connaissent la plus forte progression, avec en ordre décroissant : produits surgelés, bière, œufs, produits laitiers, épicerie et enfin les jus de fruits et boissons sans alcool.

De plus en plus de productions bio

Face à la demande croissante des consommateurs, la production bio nationale n’a de cesse d’augmenter. En 2019, 8,5% de la surface agricole était bio, soit 2,3 millions d’hectares, contre 1,1 en 2014 : les surfaces bio ont doublé en 5 ans ! Fin 2019, plus de 5500 exploitations supplémentaires sont engagées en bio. Leur conversion à l’agriculture bio a permis de répondre à la demande sans augmenter la part des importations. En 2019, 70 322 opérateurs – fermes, entreprises de préparation, de distribution – étaient engagés dans une certification bio de leur activité. En 2018 ils étaient 8554 ! Soit une croissance de 13,8%. Aujourd’hui, l’agriculture biologique concerne plus d’une exploitation agricole sur dix.

Comment gérer le bio ? Avec l’outil Kerhis !

Dans le domaine des céréales, comme en productions végétales en général, la filière bio est encadrée par un cahier des charges de production et de stockage spécifique que l’outil Kerhis permet de piloter. Olivier Eraud-Berthaud, responsable Marché Céréales décline les principales fonctionnalités que le bio demande d’activer, et auxquelles répond le logiciel Kalicea : “Qualification de producteurs avec la gestion des années de conversion, traçabilité des cellules de stockage et des interventions, mentions légales bio ou déclaration France Agri Mer.”

Pour les filières animales, la certification bio passe notamment par l’alimentation, les conditions d’élevages -bâtiments ou espaces en plein-air. L’univers de paramétrage Kerhis permet de certifier un élevage en bio, avec la gestion des lots, la planification, les achats qui garantissent l’origine des animaux.
Florence Le Coz, chef de produit volaille : « Avec la solution Kerhis, nos clients peuvent gérer l’alimentation, le planning, les bâtiments, la gestion des étiquettes. Concrètement, cela se traduit par exemple en volaille de chair par la garantie d’une durée minimum d’élevage (80 jours minimum) et un plan d’alimentation spécifique, avec une traçabilité sur l’alimentation animale. Les coopératives ont une parfaite connaissance de l’origine des produits alimentaires de leurs producteurs-coopérateurs, elles peuvent informer le consommateur sur l’origine bio de son filet de poulet.»

Kerhis Bovins, Kerhis Couvoirs, Kerhis Lapins, Kerhis Œufs, Kerhis Ovins & caprins, Kerhis Palmipèdes, Kerhis Porcs, Kerhis Volaille : tout est prêt pour mettre en place les filières bio avec l’outil Kerhis !

“La filière bio est encadrée par un cahier des charges de production, et de stockage spécifique que l’outil Kerhis permet de piloter.”

Kerhis et le bio